Le trafic de voyage à Paros dépasse de deux fois l’endurance de l’ile.

Tassos Teloglou Kathimerini

Je suis allé à Paros pour la première fois il y a 58 étés. Ma mère, ses frères et sœurs et ses parents y ont grandi. L’Est de Paros, Marpissa et Piso Livadi n’avaient pas d’électricité, nous nous éclairions avec des lampes à huile, les habitants étaient agriculteurs, éleveurs et pêcheurs. Sur la plage de Piso Livadi, des filets étaient tendus pour sécher, là où il restait un peu de place, on pouvait s’asseoir après le bain. Il y avait peu de voitures, quelques berlines américaines et quelques bus. L’âne et le cheval étaient largement utilisés. Le mois dernier, Paros a accueilli 130 000 visiteurs. Sa population selon le recensement de 2011 est de 14 000 habitants et n’a pas diminué malgré les mémorandums. Paros a toujours eu du tourisme, même en 1945 quelques mois après la libération. Beaucoup de Grecs, quelques étrangers. En 2008, sous la mairie de Giannis Ragousis, il acquiert un plan général d’urbanisme, selon lequel la population permanente et saisonnière atteindrait 73.000 au plus fort de la saison. Les chercheurs se sont trompés du simple au double. Ce fut la première île des Cyclades à franchir cette étape. Selon l’étude, “le nombre de propriétaires de résidences principalement secondaires devrait augmenter d’environ 32 000 contre 19 000 aujourd’hui et la construction de résidences secondaires est vue comme la principale forme d’activité économique dans l’étude, par opposition à la création de grands hôtels.”

La critique du plan par l’association « Les Amis de Paros » était qu’il renforcerait le construction hors plan urbain, agrandissant les volumes des villages, conduisant à l’union des uns aux autres. C’est en quelque sorte ce qui se passe maintenant entre Marmara, Prodromos et Marpissa où – à Marpissa – les trois quarts de la population vivent en dehors du village.

Cette tendance préexistait au plan et malgré le durcissement des conditions de construction hors plan ne s’est pas arrêtée. Cette année, 600 nouveaux permis de construire ont été délivrés à Paros. Un grand hôtel cinq étoiles a été construit sur Logaras, tandis que deux autres sont en préparation. L’aéroport s’agrandira pour accueillir des avions plus gros. La vérité est qu’aujourd’hui, de nombreux passagers restent au soleil jusqu’à l’embarquement. La plupart des passagers vont cependant faire pression sur les ressources déjà “rares” de l’île, mais selon le maire Marco Kovaios, ils ne menacent pas “de faire de Paros, une Mykonos ou Santorin”. Nous sommes les premiers à ne pas vouloir augmenter le volume de béton”. Les ressources rares sont l’eau, les dépotoirs et les routes pour voitures. La cellule de la décharge actuelle se remplit plus rapidement et sera épuisée, mais une nouvelle est en train d’être localisée. Mais des millions d’emballages en plastique viennent du continent sans y retourner leurs emballages. Parallèlement, la construction de deux nouvelles usines de dessalement a déjà été lancée. A Parikia, qui fait face au plus gros problème de circulation automobile, la charge a été mesurée sur trois saisons différentes. La solution sera un nouvel anneau périphérique. Mais celui-la sera dépassé dans quelques années, si l’île ne décide pas quelles sont les charges maximales de visiteurs et de voitures qu’elle veut et peut servir.

Article de Tasos Teloglou – Kathimerini – 09/12/2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.